Les informations essentielles sur le poivre de Madagascar

Situé à environ 15° au sud de l’équateur et plus au sud le long de la côte est ainsi que dans le nord-ouest de l’île, le poivre pousse à des altitudes variables dans un climat chaud et humide. Madagascar possède certains des meilleurs poivres du monde, qui sont souvent plébiscités par les chefs cuisiniers du monde entier.

Le poivre Voatsiperifery de Madagascar

Le poivre Voatsiperifery pousse à l’état sauvage dans les forêts de Madagascar sous un climat humide où sa récolte s’étend de juillet à avril selon les régions. Plus petit que son cousin le poivre noir, il est reconnaissable à sa courte queue. Son parfum vif aux notes boisées d’agrumes et de fleurs sauvages en fait un assaisonnement idéal pour les poissons et les fruits de mer. Moins puissant que le poivre noir, il se marie également bien avec les desserts, notamment les fraises.

Bien que le poivre de madagascar soit principalement utilisé comme assaisonnement, il peut avoir divers effets bénéfiques sur la santé. La pipérine, la propriété active du poivre responsable de son piquant, est un antioxydant et peut faciliter la digestion. Les effets antibactériens du poivre peuvent aider à traiter la toux et les rhumes et l’épice est fréquemment utilisée dans la médecine traditionnelle malgache.

Les feuilles de l’herbe à poivre sauvage sont nutritives et généralement détoxifiantes, elles ont été utilisées pour traiter la carence en vitamine C et le diabète, et pour expulser les vers intestinaux. La graine est antiasthmatique, antitussive, cardiotonique et diurétique. Elle est utilisée dans le traitement de la toux et de l’asthme avec excès de flegme, œdème, oligurie et accumulation de liquide dans la cavité thoraco-abdominale. Un cataplasme de racines meurtries a été utilisé pour faire sortir les ampoules. La racine est utilisée pour traiter les catarrhes excessifs dans les voies respiratoires.

Le poivre noir de Madagascar

Le poivre noir est cultivé à Madagascar dans des plantations entretenues par de petits agriculteurs. La plupart d’entre elles sont situées le long du fleuve Sambirano, au nord-ouest de l’île, dans les régions de Sofia, Diana et Sava. Les plantes grimpantes sont, dans la mesure du possible, taillées à une hauteur de trois à quatre mètres pour faciliter la récolte. Cela fonctionne mieux lorsque les vrilles de poivre poussent sur des caféiers ou des cacaoyers, de sorte que les agriculteurs disposent d’une plantation mixte à plusieurs usages. Les manguiers et les tamariniers sont également très appréciés des poivriers, mais ils sont parfois de gros grimpeurs.

À Madagascar, le poivre noir ne fleurit qu’une fois par an dans la plupart des endroits. Toutefois, les fleurs sont si petites qu’elles n’attirent guère l’attention d’un voyageur. La pollinisation est assurée par des insectes qui volent de fleur en fleur. Il faut environ huit à neuf mois pour que le poivre noir développe ses stalles de baies typiques. La récolte est purement manuelle. Les panicules sont recueillies dans de grands paniers. Les baies sont séparées des panicules directement sur place et transportées à l’usine sur des charrettes en zébu. Un agriculteur malgache peut récolter d’une vigne de poivre saine pendant environ 30 ans.